Gravelines-Dunkerque - Orléans Loiret Basket - Championnat

Avant-match

L'OLB enchaine les gros matchs avec un déplacement ce Samedi 30 Mars 2013 chez un autre co-leader de Pro A : Gravelines-Dunkerque.

Le BCM connait une saison très semblable à celle de Strasbourg, avec un bon début de saison suivi d'une série de 7 victoires début 2013, puis d'un petit coup de mou avec 2 défaites sur les 3 derniers matchs, dont la dernière 89-98 à domicile face à Nanterre. Au final, le club conserve la tête avec 16 victoires pour 7 défaites et un match en retard à jouer. L'équipe réalise également un beau parcours en Eurochallenge, se qualifiant pour les demi-finales après avoir surclassé le club finlandais de Kataja en 2 manches.

Au match aller au Palais des Sports, Gravelines avait dominé l'OLB de la tête et des épaules, pour un score de 58-75. Dwight Buycks (23 points à 4 sur 6 à 3 points) avait dynamité la défense orléanaise tandis que Ludovic Vaty (18 points à 9 sur 11 aux tirs, 11 rebonds et 30 d'évaluation) avait été impérial dans la raquette.

En Janvier, le club nordiste a souhaité se renforcer en engageant l'ailier Kennedy Winston, ancien joueur du Panathinaïkos, du Real Madrid, et champion de Belgique 2012 à Ostende avec Dwight Buycks. Le club dispose ainsi d'un effectif encore plus profond, pouvant dédoubler chacun de ses postes et se permettant même de ne plus faire jouer David Noël, 3ème rotation au poste 3. Dwight Buycks continue d'impression pour sa première année en France avec 18,1 points à 48%, 3,3 rebonds et 2,9 passes par match. Son ancien collègue Kennedy Winston a tout de suite pris ses marques avec 12 points à 44% et 3,7 rebonds en 9 matchs, tandis que Ludovic Vaty règne en maitre dans la peinture avec 11,7 points à 58% et 6 rebonds.

Face à l'armada gravelinoise, l'effectif orléanais toujours amputé d'une grande partie de son effectif (auquel on peut désormais ajouter Drew Viney...) aura fort à faire, mais les hommes de Philippe Hervé ne sont plus à un exploit près !

Avant match : Florian Boukobza

Résumé du match

L'OLB a rendu les armes ce soir face à l'effectif pléthorique de Gravelines-Dunkerque, sur le score impitoyable de 86 à 56.

Après avoir mené durant les 10 premières minutes (11-15), tenu le choc pendant le 2ème quart-temps malgré une adresse déjà déficiente (32-29), le club a complètement explosé dans la seconde mi-temps, encaissant 54 points pour n'en marquer que la moitié. Le 36,2% de réussite aux tirs des Orléanais aura été rédhibitoire face au 49,3% des Nordistes.
Le nombre de passes décisives (24 à 8), le nombre d'interceptions (10 à 5) ou encore les zéros lancer-francs obtenus par Orléans (!) sont d'autres révélateurs de la domination des locaux. Chris Hill (21 points à 9 sur 14 et 4 rebonds) et dans une moindre mesure Brandon Hunter (8 points et 7 rebonds) ont été les seuls orléanais à voir le jour, tandis que le BCM a enregistré 5 joueurs à plus de 10 points, dont Juby Johnson à 20 points et 2 rebonds, Ousmane Camara à 11 points et 9 rebonds, et Ludovic Vaty à 16 points et 9 rebonds.
Après avoir porté l'équipe durant ces dernières semaines, Brian Greene a complètement dévissé au tir ce soir (3 tentatives réussies sur 15) mais aura tout de même cumulé 5 rebonds, 3 passes et 2 interceptions.

A l'issu de ce match, Orléans redescend au 10ème rang du championnat à une victoire des 2 clubs franciliens Paris et Nanterre qui se partagent désormais la 7ème place. Une victoire à domicile la semaine prochaine face à Poitiers actuellement relégable sera primordiale pour espérer se replacer au plus vite parmi les 8 équipes qualifiés en play-offs.

Résumé : Florian Boukobza


Antoine Eito :

On limite déjà la casse en 1ère mi-temps, car on ne met pas un seul shoot et on fait des erreurs. On pensait qu'on ne pouvait pas faire 2 mi-temps comme ça, et pourtant si. Cette équipe n'a pas de réussite si elle ne joue pas dur ; ça donne 30 points contre les premiers, c'est mérité. C'est un peu humiliant car c'est une équipe qui fait partie du top 8, là où on veut être. On a lâché à la fin, c'est quelque chose qu'il ne faut pas faire.
Dès qu'on a un peu défendu et qu'on a eu des ballons propres, ça a été mieux. On n'a pas réussi à s'adapter et faire ce qu'on voulait. Il est certain que Chris Hill et Brian Greene ont beaucoup donné. Si Brian ne met pas trop dedans aujourd'hui, nous à coté on n'a pas réussi à prendre le relais.

Nos partenaires

Précédent
Suivant